Publié par

RT2018 eau chaude sanitaire ECS

Techliquid économiseur d'énergie


RT2018 eau chaude sanitaire ECS


La nouvelle réglementation RT2018-2020 est désormais le nouveau standard. Sa mise en vigueur est désormais effective pour les futurs bâtiments publics et pour toutes les autres constructions neuves à partir de 2020.

Renforcement des exigences sur l’isolation des réseaux d’eau chaude sanitaire, 2 cm d’isolant pour un tuyau de 2 cm de diamètre extérieur.
Obligation d’installation d’équipements d’équilibrage au pied de chaque colonne .


Pour l’eau chaude sanitaire ECS les accumulateurs gaz et les chauffe-bains installés ou remplacés doivent avoir des performances thermiques au moins égales aux normes européennes : EN 89 pour les accumulateurs gaz et EN 26 pour les chauffe-bains à production instantanée.

 


Il est à noter que toutes ces dispositions ne résoudront en rien les déperditions thermiques liées au calcaire qui reste la principale cause de sur-consommation énergétique en eau chaude sanitaire et de la corrosion que le calcaire entraîne.


Pour les chauffe-eau électriques à accumulation installés ou remplacés, les pertes maximales Qpr exprimées en kWh par 24 heures au sens de la norme NF-EN 60 379 sont les suivantes :

Chauffe-eau de V inférieur à 75 litres :

0,147 4 + 0,071 9 V2/3 ;

Chauffe-eau horizontal de V supérieur ou égal à 75 litres :

0,75 + 0,008 V ;

Chauffe-eau vertical de V supérieur ou égal à 75 litres :

0,22 + 0,057 V 2/3.

V est la capacité de stockage du ballon en litres.

Ces dispositions peuvent ne pas s’appliquer pour les bâtiments achevés depuis – 15 ans par rapport à la date des travaux d’installation ou de remplacement de l’équipement.


RT2018 Indispensables les bureaux d’études .

Techliquid à disposition des professionnels du secteur,  technologies pour l’optimisation thermique des circuits de chauffage et de leurs seuils de performance .

Techliquid pour l’optimisation de la performance énergétique 

Publié par

RT2018 chaudières et circuit chauffage

Techliquid économiseur d'énergie


Réglementation thermique rt 2018 chaudières et circuit-chauffage


Les bâtiments existants, résidentiels ou non sont concernés par ces dispositions de réglementation thermique, sauf ceux concernant les rénovations lourdes définies par 3 critères  : bâtiments de plus de 1000m² construits après 1948 si au 1er janvier 2017 les travaux s’élèvent à plus de 382,5 € HT /m²  pour les logements et 326,25 € HT/m² pour le non résidentiels .


L’arrêté fixe des exigences d’éco-conception applicables aux chaudières à combustible liquide ou gazeux.

Une chaudière non étanche à coupe-tirage de type B1 ne peut être installée, y compris en remplacement d’une chaudière du même type, qu’en logement collectif sur un conduit commun à plusieurs logements existants, ou en logement collectif sur un conduit individuel de plus de 10 mètres de longueur.


Solution de désembouage Techliquid désemboueur circuit de chauffage haute performance

Les chaudières étanches ou raccordées à un conduit de fumée, à combustible liquide ou gazeux, dont la puissance thermique nominale est supérieure à 400 kW, installées ou remplacées, satisfont aux prescriptions suivantes, sauf dans les cas d’impossibilité technique :

Pour les chaudières de type C3, C4 et C5, (FD CEN-TR 17-49), ces exigences peuvent ne pas être appliquées lorsque le conduit étanche existant est inadapté à la pose d’une telle chaudière.

Lorsque la totalité de l’installation de chauffage (générateur et émetteur) est remplacée, les radiateurs doivent être adaptés au fonctionnement à basse température.


Les réseaux de distribution de chaleur et les raccordements aux réseaux de chaleur, installés ou remplacés, et situés hors volume chauffé, seront équipés d’une isolation
de classe supérieure ou égale 3 (NF EN 12 828 + A1).

En cas d’installation ou de remplacement d’une installation de chauffage ou d’un chauffe-eau, les canalisations d’eau chaude raccordées sont équipées d’une isolation respectant l’exigence précédente lorsqu’elles sont situées hors du volume chauffé.

Lors de l’installation ou du remplacement d’un réseau de distribution de chauffage,
celui-ci est doit être muni d’un organe d’équilibrage au pied de chaque colonne.
Un rapport d’équilibrage doit être établi à l’issue de l’opération .


Les nouveaux dispositifs de régulation des émetteurs de chauffage ont une variation temporelle  définie et doivent être inférieure à :
1,8 K pour les émetteurs à accumulation ou pour un plancher chauffant,
0,6 K pour les autres émetteurs de chauffage.
Le système  de régulation de chauffage doit permettre la réception d’ordre de commande pour assurer le fonctionnement selon au moins l’une des quatre programmations suivantes : confort, réduit, hors gel et arrêt .
Si l’émetteur possède une fonction secondaire, notamment soufflante ou sèche-serviette, celle-ci doit être temporisée.
Tout nouvel émetteur de chauffage, hormis les émetteurs à accumulation ou intégrés et les émetteurs ayant une fonction sèche-serviette, doivent être équipés ou associés à une détection automatique de présence ou une détection automatique de l’ouverture des fenêtres.


Tout nouveau dispositif de chauffage centralisé, comporte un dispositif de commande manuelle et de programmation automatique de chaleur avec au minimum quatre positions : confort, réduit, hors gel et arrêt chauffage avec une commutation automatique.
Cette programmation peut être assurée par une horloge et à un optimiseur de relance en fonction de l’inertie du bâtiment, de paramètres d’occupation ou de paramètres météo.

Sauf incompatibilité technique entre le dispositif de chauffage et le régulateur, tout nouveau dispositif de chauffage centralisé doit être équipé d’un régulateur relevant de l’une des classes IV, V, VI, VII ou VIII


Les exigences ont pour ambition de cibler les techniques performantes tout en tenant compte des contraintes de l’occupant, ce qui permettra, en intervenant sur suffisamment d’éléments du circuit de chauffage, d’améliorer la performance énergétique du bâtiment dans son ensemble.


RT2018 Indispensables les bureaux d’études sont les partenaires de l’innovation.

Techliquid à disposition des professionnels du secteur,  technologies pour l’optimisation thermique des circuits de chauffage et de leurs  seuils de performance .

Techliquid pour l’optimisation de la performance énergétique 

Désemboueur chauffage d’habitat collectif 
et  désemboueur chauffage programmes d’habitats individuels

 

Publié par

RT2018 Optimisation thermique circuit de chauffage

Techliquid économiseur d'énergie


RT2018


Le ministère du Logement et de l’Environnement a publié l’arrêté qui révise
la Réglementation thermique des bâtiments entré en vigueur le 1erjanvier 2018.

La première Réglementation Thermique date de 1974. Le but: réduire la consommation
en énergie des nouveaux bâtiments par une amélioration de leur construction,
ce qui explique que de nouvelles normes se sont succédé au fil des années.


RT 2012
Cette RT 2012 désigne surtout une norme au niveau de la technique de construction
des bâtiments.

Le label de cette réglementation est le BBC (bâtiment basse consommation qui doit
limiter les besoins en énergie du chauffage, du système de refroidissement
et des circuits lumineux.).
50kWhEP/m²/an c’etait le seuil maximal de la consommation d’énergie, modulée selon
la localisation géographique, l’altitude, l’usage du bâtiment, la surface moyenne
des logements et les émissions de gaz à effet de serre .

Le but de cette réglementation était de limiter la consommation annuelle en énergie
des bâtiments neufs en améliorant la qualité du bâti sans considérer le système
énergétique utilisé et faire un équilibrage économique et technique entre
les énergies consommées , la production d’eau chaude sanitaire et le chauffage


La RT 2018-2020 se substitue  à la RT 2012  en vigueur .
Les réglementations thermiques se sont succédé en France dans le but de gérer
la quantité d’énergie consommées dans les bâtiments neufs(consommation maximale
de chauffage, d’éclairage, de climatisation et de production d’eau chaude sanitaire).

 

Ce nouveau label « énergie-carbone »
allie le bâtiment à énergie positive
et le bâtiment bas carbone.

 

Les réglementations thermiques imposent aux constructions neuves certaines
caractéristiques techniques, avec des critères plus exigeants pour la RT 2018,
avec l’apparition de la prise en compte des gaz à effet de serre (GES)
mais le coefficient de passage de l’énergie primaire à l’énergie secondaire
reste égal à 2.58.

L’arrêté fixe des exigences applicables aux chaudières à combustible liquide ou gazeux

La loi sur la transition énergétique réduit l’utilisation des ressources
et optimise les énergies, il s’agit de mieux prendre en compte les émissions de CO2,
de calculer les consommations d’énergie et de ressources sur l’ensemble du cycle de vie,
et  de recourir aux énergies renouvelables pour couvrir les besoins des bâtiments.
La RT 2018 va ainsi imposer une production d’énergie supérieure à la consommation.


La RT 2018 impose une efficacité énergétique du bâti,  des conditions de confort en été
sans climatisation et traite de la production des bâtiments à énergie positive ou BEPOS .

Se conformer à la norme BEPOS  bâtiment à énergie positive c’est limiter les pertes
d’énergie et trouver un moyen de stocker et de réemployer la chaleur le plus longtemps
possible pour obtenir l’autonomie d’énergie. Le label  Energie-Carbone présente
un autre avantage:  30 % de surface constructible supplémentaire.

Le bâtiment à énergie positive introduit une réglementation plus axée sur la dépense
énergétique finale des bâtiments que sur leurs modes de réalisation. Cette nouvelle
réglementation impose une baisse supplémentaire de 20 %  des besoins
énergétiques réglementaires d’un bâtiment.


pour la performance énergétique Techliquid désembouage boue de circuit de chauffage collectif


La consommation d’énergie doit être inférieure à 0 kWh d’énergie primaire
par m² / an, quel que soit le type de logement neuf, individuel ou collectif,
il sera demandé une moyenne de 20% d’énergie renouvelable

Eclairage et RT2018.
Une puissance maximale d’installation est fixée à 1.6Watt/m² pour tous types
de bâtiments sauf à usage collectif. Pour des parties communes,  les dispositifs
d’éclairage automatiques sont obligatoires. De plus, les systèmes lumineux doivent
être équipés d’un abaissement de l’éclairage en fonction de la lumière naturelle.

Ainsi, il ne sera plus possible de dépasser 12kWhEP/m²/an en consommation de chauffage.

Consommation totale d’énergie primaire (chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage,
appareils électriques) inférieure à 100 kWh par m2 et par an

Pour les bâtiments qui ne sont pas destinés à l’habitation, ils devront comprendre
un système de régulation de la ventilation. Si un même local présente différents usages,
chaque système devra être indépendant et correspondre au type d’utilisation du bâtiment.


Le label bâtiment biosourcé met en valeur les techniques de construction en faveur
de l’environnement par l’utilisation des matières , provenant de la biomasse
animale ou végétale.

Le bois, le chanvre, la paille, la laine de mouton ou les plumes, bloc de béton
en pierre ponce pour l’élévation des murs porteurs  l’accent est mis sur
le caractère recyclable.


Financement


Le ministère de la Cohésion des territoires met un financement de plan d’hébergement plus important, cette ligne devrait augmenter de 228 millions d’euros et passer ainsi à 1,9 milliard, ajustement des crédits supplémentaires votés en fin d’année.

Pour  l’urbanisme confié à l’Agence nationale de rénovation urbaine financé par les collectivités, les bailleurs sociaux et Action Logement, l’Etat abonde 1 milliard d’euros inscrit dans la loi d’engagement des dépenses publiques.

Au cours du quinquennat 1,3 milliard d’euros  seront consacrés à la rénovation thermique de logements  confiés à l’Agence nationale de l’habitat


RT2018 Indispensable les bureaux d’études sont les partenaires de l’innovation

Techliquid à disposition des professionnels du secteur,  technologies pour l’optimisation thermique des circuits de chauffage et de leurs  seuils de performance .

Techliquid pour l’optimisation de la performance énergétique 

Désemboueur chauffage d’habitat collectif 
et  désemboueur chauffage programmes d’habitats individuels

 

Publié par

Bureau d’étude partenaire indispensable

Techliquid vous informeTechliquid-désemboueur permanent circuit de chauffage


Indispensable les bureaux d’études sont les partenaires de l’innovation


Le bureau d’étude qu’il soit indépendant, au sein d’une administration
ou d’une entreprise est une structure où sont réalisées des études sous
la responsabilité d’ingénieur ou techniciens à forte expertise technique .


techliquid-pas-dinnovation-sans-bureaux-detudes


Ces expertises recouvrent entre autres les champs d’analyse de reprise d’existant
pour répondre à des besoins d’économie de coût, d’énergie ou de rentabilité

Les bureaux d’études ont un rôle d’assistance et de conseil auprès des collectivités
publiques ou des entreprises,Ils interviennent dans la phase préliminaire d’études .

A partir d’un cahier des charges afin d’effectuer des recommandations
en amont ou en aval pour vérifier la qualité des réalisations.

Dans le secteur du bâtiment, le bureau d’étude technique  est un acteur de l’équipe
de maîtrise d’œuvre. les types de bureaux d’études correspondent aux spécialités d’ingénierie.


Les bureaux d’études thermiques ont pour but de constater et de proposer
une optimisation des dépenses énergétiques d’un bâtiment dues aux déperditions thermiques.
Les compétences du bureau d’études vont de l’audit énergétique au conseil
aux maîtres d’ouvrages, en passant par le choix de techniques et de matériaux.
Ils sont qualifiés pour réaliser le suivi énergétique de sites ainsi que la réalisation
des simulations pour dimensionner les installations de chauffage
ventilation et conditionnement d’air.

batiments-a-energie-positive

Les études thermiques se basent sur les plans de logement ou sur une modélisation
du bâtiment pour analyser les interactions entre le logement et son environnement.

Elle permet ainsi de visualiser les apports et les déperditions de chaleur
telles que les ponts thermiques,  l’usage,  nombre d’habitants, temps de présence.
Suit l’analyse,  la préconisation des travaux à mettre en place, et  équipements
à utiliser pour optimiser les performances thermiques du logement tout en respectant les exigences des différentes RT .


De nombreux métiers se côtoient au sein des  bureaux d’études thermiques
assurant ainsi au client final une évaluation optimale des besoins thermiques.
Tous ces professionnels travaillent en étroite relation avec le maître d’ouvrage
qui est tenu d’exécuter les recommandations du bureau d’études.


Le conseil de Techliquid professionnel de l’optimisation thermique des circuits
de chauffage: respecter les prescriptions des bureaux d’études leurs non prises
en compte conduisent au mieux vers des dérives budgétaires .

Publié par

Optimisation thermique répartition des frais de chauffage

Techliquid vous informeTechliquid-désemboueur permanent circuit de chauffage


Croissance verte   


Optimisation thermique répartition des frais de chauffage :

La loi n°2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique
pour la croissance verte généralise la répartition des frais de chauffage
dispositif qui prévoit une facturation en fonction des consommations.
Il permet donc une meilleure information pour une maîtrise individuelle des consommations afin d’agir collectivement pour réduire la facture énergétique.


Décembre 2019, tout immeuble d’habitation disposant d’un système de chauffage collectif et fournissant à chacun des locaux occupés à titre privatif une quantité
de chaleur réglable par l’occupant

optimisation-energetique-techliquid
devra mettre en place des appareils
de mesure permettant de déterminer
la quantité de chaleur fournie
à chaque local .

Sauf impossibilité technique ou coût excessif résultant de la nécessité
de modifier l’ensemble de l’installation de chauffage. Ces appareils de mesures
sont des compteurs thermiques ou des répartiteurs de frais de chauffage.


La mise en place de l’individualisation des frais de chauffage

doit avoir lieu au plus tard :


  • en mars 2017 pour les bâtiments présentant des consommations
    de chauffage supérieures à 150 kWh/m2.an,
  • en décembre 2017 pour les bâtiments présentant des consommations
    de chauffage comprises entre 120kWh/m2.an et 150 kWh/m2.an,
  • en décembre 2019 pour les bâtiments présentant des consommations
    de chauffage inférieures à 120 kWh/m2.an.

Le chauffage représente le premier poste de consommations
d’énergie dans l’habitat. L’individualisation des frais associée
aux régulateurs de la puissance de chauffages , est le premier pas
vers la responsabilisation pour une meilleure maîtrise
des dépenses énergétiques dans le logement collectif.


Application réglementaire 


En application de l’article R.241-7 du code de l’énergie, est concerné
par l’individualisation des frais de chauffage tout immeuble collectif
équipé d’un chauffage commun à tout ou partie des locaux occupés
à titre privatif et fournissant à chacun de ces locaux une quantité
de chaleur réglable par l’occupant et doit être  muni d’appareils de mesure
permettant de déterminer la quantité de chaleur fournie à chaque local occupé
à titre privatif et ainsi d’individualiser les frais de chauffage collectif .


Sauf pour


  • Les établissements d’hôtellerie et les logements-foyers
  • Les immeubles dans lesquels il est techniquement impossible de mesurer
    la chaleur consommée par chaque local pris séparément ou de poser un appareil permettant aux occupants de chaque local de moduler
    la chaleur fournie par le chauffage collectif
  • Les immeubles dont l’individualisation des frais de chauffage entraînerait un coût excessif résultant de la nécessité de modifier l’ensemble de l’installation de chauffage

les immeubles Exclus du dispositif pour motif d’impossibilité technique 


l’émission de chaleur se fait par dalle chauffante sans mesure possible par local
l’installation de chauffage est équipée d’émetteurs de chaleur montés en série
l’installation de chauffage est constituée de systèmes de chauffage à air chaud
l’installation de chauffage est équipée d’émetteurs fonctionnant à la vapeur
l’installation de chauffage est équipée de batteries ou de tubes à ailettes,
de convecteurs à eau chaude, ou de ventilo-convecteurs

Dès lors que chaque local ne dispose pas de boucle individuelle de chauffage.


Désemboueur  permanent circuit de chauffage batiment habitat collectif

Pour l’optimisation énergétique, Techliquid .

Publié par

CPE contrat de performance énergétique

Techliquid vous informeTechliquid-désemboueur permanent circuit de chauffage


CPE  contrat de performance énergétique pour les collectivités territoriales


Le CPE est un  outil qui doit permettre d’atteindre l’objectif de réduction d’au moins 40 % des consommations d’énergie des bâtiments de l’État et de ses établissements publics d’ici 2020 (loi  Grenelle).

contrat-de-performance-energetique

Le Contrat de Performance Energétique (CPE) doit contribuer à faciliter la réalisation des objectifs du Grenelle en termes de réduction de consommation énergétique des bâtiments. Ils sont passés entre les opérateurs professionnels du bâtiment et les consommateurs finaux.


Le CPE peut porter, soit sur un bâtiment, soit sur un parc de bâtiments et inclure des travaux sur le bâti sur les systèmes de production, de distribution et régulation du chauffage, de la climatisation, de l’éclairage, de l’eau chaude sanitaire plus généralement sur l’amélioration de l’efficacité énergétique de tout équipement ou système producteur ou consommateur d’énergie, comprendre des actions sur l’exploitation de la maintenance et sur le comportement des usagers,…

De part la  taille de leur patrimoine les collectivités territoriales sont l’acteur essentiel en ce qui concerne le bâtiment,  le CPE constitut l’outil pour la réalisation de l’objectifs de performance énergétique

Le CPE à pour but d’inciter à construire dès aujourd’hui les bâtiments de demain et à réaliser les travaux d’amélioration énergétique les plus efficaces pour les bâtiments existants


 Des aides financières, comme le crédit d’impôt développement durable ou les subventions locales, vont permettre de faire baisser les prix de ces installations.

Techliquid accueil

Publié par

Habitat optimisation énergétique RT2012 +

Techliquid vous informeTechliquid-désemboueur permanent circuit de chauffage


1974 la RT est destiné uniquement aux bâtiments neufs d’habitation, elle a pour objectif de baisser de 25% la consommation énergétique des bâtiments. A cette époque RT2014 imposait uniquement la mise en place d’une fine couche d’isolation et l’installation d’un régulateur automatique de systèmes de chauffage.

2000  la RT Contrairement aux précédentes réglementations, qui imposaient uniquement des exigences de moyens, la RT2000 voit l’apparition d’une exigence de performance globale du bâtiment mais aussi de confort d’été ( coefficient TIC ).


La réglementation thermique 2012 est avant tout une réglementation d’objectifs
Les exigences de résultats imposées par la RT 2012 sont :
  • 1 ) besoin bioclimatique
  • 2) consommation d’énergie primaire
  • 3) confort en été

Techliquid Automatic de-sludging

L’efficacité énergétique du bâti


  • L’exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti est définie par le coefficient « Bbiomax » le besoins bioclimatiques du bâti. Cette exigence impose une limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées à la conception du bâti (chauffage, refroidissement et éclairage),  indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre.

La consommation énergétique du bâtiment


  • L’exigence de consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire
    se traduit par le coefficient « Cepmax », portant sur les consommations
    de chauffage, de refroidissement, d’éclairage, de production d’eau chaude sanitaire
    et d’auxiliaires (pompes et ventilateurs).
  • La valeur du Cepmax  était de 50 kWhEP/(m².an) d’énergie primaire en moyenne, modulé selon la localisation géographique, l’altitude, le type d’usage du bâtiment,
    la surface moyenne des logements et les émissions de gaz à effet de serre pour
    les réseaux de chaleur émettant  –  de CO2

désemboueur circuit de chauffage Techliquid

Cette exigence impose, en plus de l’optimisation du bâti exprimée par le Bbio,
le recours à des équipements énergétiques  à haute performance
et les optimiser .

Le confort d’été dans les bâtiments non climatisés


  • A l’instar de la RT 2005, la RT 2012 définit des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d’assurer un bon niveau de confort en été sans avoir
    à recourir à un système actif de refroidissement.
  • Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d’une séquence de 5 jours chauds d’été n’excède pas un certain seuil.
  •  Tic  :  Température Intérieure Conventionnelle en période de forte chaleur.

La mise en place de cette RT 2012 va engendrer une forte amélioration de la performance énergétique des bâtiments.

Pour l’environnement La RT 2012 :c’est l’engagement fort

L’objectif  de la RT 2012 de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments, tout en suscitant : une évolution technologique et industrielle significative pour toutes les filières du bâti et des équipements,

  •  techniquement optimisé et économique entre les énergies utilisées pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.

Ca bouge…


  • La RT 2012 imposait l’installation d’un compteur d’énergie intelligent pour suivre régulièrement les consommations d’énergie d’un bâtiment. Ce type de compteur n’est désormais plus obligatoire.Toutes ces mesures visent à simplifier la mise en œuvre de la RT 2012 et à la rendre accessible pour tous les bâtiments. puisqu’elle assure une consommation d’énergie primaire raisonnée avec des systèmes énergétiques optimisés performants et une exploitation thermique idéal vers RT 2020 et les bâtiments à énergie positive
  • 1er janvier 2015. Parmi elles, on trouve notamment un changement de nom pour la surface habitable. La RT 2012 introduisait la SHONRT (Surface Hors Œuvre Nette au sens de la RT), elle est désormais remplacée par la SRT (Surface thermique au sens de la RT) les modalités de calcul restent identiques.

La dérogation sur le Cep max prolongée jusqu’en 2018


  • En 2010, une dérogation à la RT 2012 indiquait que le Cep maximum des logements collectifs était majoré à 57,5kWhep/m²/an au lieu des 50kWhep/m²/an fixés au départ et ceci jusqu’au 1er janvier 2015. Cette hausse est finalement prolongée jusqu’au 1er janvier 2018 pour les logements collectifs . Le Cep max représente la quantité d’énergie primaire maximale que doit consommer un bâtiment. Il dépend en général du type de bâtiment et de sa localisation géographique.

La RT 2012 ne s’applique plus aux petites constructions


  • Depuis le 1er janvier 2015, certains bâtiments ne sont plus soumis à la RT 2012. C’est le cas des constructions et extensions ayant une surface SRT et une surface de plancher inférieures à 50m². Ces logements sont désormais soumis à la RT existant par élément du 3 mai 2007, qui définit des performances minimales pour chaque élément d’isolation, de chauffage, de production d’eau chaude ou de ventilation. C’est donc un retour en arrière du côté des ambitions de performance énergétique pour ces logements de petites dimensions. D’un point de vue administratif, les démarches sont facilitées puisqu’il n’y a plus qu’une attestation simplifiée à joindre au permis de construire.

Les surfaces vitrées requises par la RT diminuent


  • Les exigences sur les surfaces vitrées des logements d’habitation ont été revues à la baisse. La RT 2012 indiquait que la somme des surfaces de baies vitrées devait être supérieure à 1/6 de la surface habitable. Cet objectif visait à garantir à l’occupant unaccès à l’éclairage naturel suffisant pour diminuer ses consommations d’énergie pour le chauffage. Cette exigence était cependant difficile à obtenir pour certaines configurations de logements collectifs ayant peu de façade disponible et pour les petits logements de type logements étudiants. Deux critères ont donc été ajoutés pour prendre en compte ces cas particuliers :
  • Si la surface de façade disponible est inférieure à la moitié de la surface habitable du bâtiment, alors la surface totale des fenêtres doit être supérieure ou égale au tiers de la surface de façade disponible.
  • Si la surface habitable moyenne des logements d’un bâtiment est inférieure à 25m², alors la surface totale des fenêtres doit être supérieure ou égale au tiers de la surface de façade disponible.

Certaines extensions sortent du cadre de la RT 2012


Les extensions de bâtiments sont également impactées par des modifications de la RT 2012. Concernant les extensions de maisons individuelles, trois cas se distinguent :

  • Si la surface de l’extension est inférieure à 50m²< : la RT existant par élément de 2007 s’applique.
  • Si la surface de l’extension est comprise entre 50 et 100m² : une RT2012 intermédiaire est appliquée. Dans cette norme, seul le calcul de Bbio (Besoin Bioclimatique) doit être effectué pour prendre en compte l’éclairage naturel, l’ouverture des baies et le système de régulation pièce par pièce. Le Cep (Consommation d’Energie Primaire) n’est plus nécessaire et seule l’isolation est étudiée. Et enfin, le recours aux énergies renouvelables devient facultatif pour l’extension, tout comme le test d’étanchéité à l’air.
  • Si la surface de l’extension est supérieure à 100m² : la RT2012 complète reste la norme à respecter.

Pour les extensions de bâtiments collectifs, si la surface est inférieure soit à 50m², soit à 150m² et à 30% de la SRT des locaux existants, c’est la RT par élément du 3 mai 2007 qui s’applique.

Les attestations de prise en compte de la réglementation thermique 2012


  • L’objectif du dispositif est de contribuer à l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments neufs en attestant de la prise en compte de la réglementation thermique.

Cela se traduit par la réalisation de deux documents à établir à deux moments clés du processus de construction : au dépôt de la demande de permis de construire et à l’achèvement des travaux de construction d’un bâtiment.

La loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010  (loi Grenelle 1) a introduit le dispositif des attestations de prise en compte de la réglementation thermique.

Les valeurs maximales autorisées par la RT 2012 sont fixées régionalement et
vérifiées lors de la réalisation
d’une étude thermique par un bureau d’étude thermique


Techliquid désemboueur circuit de chauffage pour l’optimisation énergétique thermique du chauffage collectif et individuel