Publié par

Habitat optimisation énergétique RT2012 +

Techliquid vous informeTechliquid-désemboueur permanent circuit de chauffage


1974 la RT est destiné uniquement aux bâtiments neufs d’habitation, elle a pour objectif de baisser de 25% la consommation énergétique des bâtiments. A cette époque RT2014 imposait uniquement la mise en place d’une fine couche d’isolation et l’installation d’un régulateur automatique de systèmes de chauffage.

2000  la RT Contrairement aux précédentes réglementations, qui imposaient uniquement des exigences de moyens, la RT2000 voit l’apparition d’une exigence de performance globale du bâtiment mais aussi de confort d’été ( coefficient TIC ).


La réglementation thermique 2012 est avant tout une réglementation d’objectifs
Les exigences de résultats imposées par la RT 2012 sont :
  • 1 ) besoin bioclimatique
  • 2) consommation d’énergie primaire
  • 3) confort en été

Techliquid Automatic de-sludging

L’efficacité énergétique du bâti


  • L’exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti est définie par le coefficient « Bbiomax » le besoins bioclimatiques du bâti. Cette exigence impose une limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées à la conception du bâti (chauffage, refroidissement et éclairage),  indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre.

La consommation énergétique du bâtiment


  • L’exigence de consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire
    se traduit par le coefficient « Cepmax », portant sur les consommations
    de chauffage, de refroidissement, d’éclairage, de production d’eau chaude sanitaire
    et d’auxiliaires (pompes et ventilateurs).
  • La valeur du Cepmax  était de 50 kWhEP/(m².an) d’énergie primaire en moyenne, modulé selon la localisation géographique, l’altitude, le type d’usage du bâtiment,
    la surface moyenne des logements et les émissions de gaz à effet de serre pour
    les réseaux de chaleur émettant  –  de CO2

désemboueur circuit de chauffage Techliquid

Cette exigence impose, en plus de l’optimisation du bâti exprimée par le Bbio,
le recours à des équipements énergétiques  à haute performance
et les optimiser .

Le confort d’été dans les bâtiments non climatisés


  • A l’instar de la RT 2005, la RT 2012 définit des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d’assurer un bon niveau de confort en été sans avoir
    à recourir à un système actif de refroidissement.
  • Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d’une séquence de 5 jours chauds d’été n’excède pas un certain seuil.
  •  Tic  :  Température Intérieure Conventionnelle en période de forte chaleur.

La mise en place de cette RT 2012 va engendrer une forte amélioration de la performance énergétique des bâtiments.

Pour l’environnement La RT 2012 :c’est l’engagement fort

L’objectif  de la RT 2012 de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments, tout en suscitant : une évolution technologique et industrielle significative pour toutes les filières du bâti et des équipements,

  •  techniquement optimisé et économique entre les énergies utilisées pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.

Ca bouge…


  • La RT 2012 imposait l’installation d’un compteur d’énergie intelligent pour suivre régulièrement les consommations d’énergie d’un bâtiment. Ce type de compteur n’est désormais plus obligatoire.Toutes ces mesures visent à simplifier la mise en œuvre de la RT 2012 et à la rendre accessible pour tous les bâtiments. puisqu’elle assure une consommation d’énergie primaire raisonnée avec des systèmes énergétiques optimisés performants et une exploitation thermique idéal vers RT 2020 et les bâtiments à énergie positive
  • 1er janvier 2015. Parmi elles, on trouve notamment un changement de nom pour la surface habitable. La RT 2012 introduisait la SHONRT (Surface Hors Œuvre Nette au sens de la RT), elle est désormais remplacée par la SRT (Surface thermique au sens de la RT) les modalités de calcul restent identiques.

La dérogation sur le Cep max prolongée jusqu’en 2018


  • En 2010, une dérogation à la RT 2012 indiquait que le Cep maximum des logements collectifs était majoré à 57,5kWhep/m²/an au lieu des 50kWhep/m²/an fixés au départ et ceci jusqu’au 1er janvier 2015. Cette hausse est finalement prolongée jusqu’au 1er janvier 2018 pour les logements collectifs . Le Cep max représente la quantité d’énergie primaire maximale que doit consommer un bâtiment. Il dépend en général du type de bâtiment et de sa localisation géographique.

La RT 2012 ne s’applique plus aux petites constructions


  • Depuis le 1er janvier 2015, certains bâtiments ne sont plus soumis à la RT 2012. C’est le cas des constructions et extensions ayant une surface SRT et une surface de plancher inférieures à 50m². Ces logements sont désormais soumis à la RT existant par élément du 3 mai 2007, qui définit des performances minimales pour chaque élément d’isolation, de chauffage, de production d’eau chaude ou de ventilation. C’est donc un retour en arrière du côté des ambitions de performance énergétique pour ces logements de petites dimensions. D’un point de vue administratif, les démarches sont facilitées puisqu’il n’y a plus qu’une attestation simplifiée à joindre au permis de construire.

Les surfaces vitrées requises par la RT diminuent


  • Les exigences sur les surfaces vitrées des logements d’habitation ont été revues à la baisse. La RT 2012 indiquait que la somme des surfaces de baies vitrées devait être supérieure à 1/6 de la surface habitable. Cet objectif visait à garantir à l’occupant unaccès à l’éclairage naturel suffisant pour diminuer ses consommations d’énergie pour le chauffage. Cette exigence était cependant difficile à obtenir pour certaines configurations de logements collectifs ayant peu de façade disponible et pour les petits logements de type logements étudiants. Deux critères ont donc été ajoutés pour prendre en compte ces cas particuliers :
  • Si la surface de façade disponible est inférieure à la moitié de la surface habitable du bâtiment, alors la surface totale des fenêtres doit être supérieure ou égale au tiers de la surface de façade disponible.
  • Si la surface habitable moyenne des logements d’un bâtiment est inférieure à 25m², alors la surface totale des fenêtres doit être supérieure ou égale au tiers de la surface de façade disponible.

Certaines extensions sortent du cadre de la RT 2012


Les extensions de bâtiments sont également impactées par des modifications de la RT 2012. Concernant les extensions de maisons individuelles, trois cas se distinguent :

  • Si la surface de l’extension est inférieure à 50m²< : la RT existant par élément de 2007 s’applique.
  • Si la surface de l’extension est comprise entre 50 et 100m² : une RT2012 intermédiaire est appliquée. Dans cette norme, seul le calcul de Bbio (Besoin Bioclimatique) doit être effectué pour prendre en compte l’éclairage naturel, l’ouverture des baies et le système de régulation pièce par pièce. Le Cep (Consommation d’Energie Primaire) n’est plus nécessaire et seule l’isolation est étudiée. Et enfin, le recours aux énergies renouvelables devient facultatif pour l’extension, tout comme le test d’étanchéité à l’air.
  • Si la surface de l’extension est supérieure à 100m² : la RT2012 complète reste la norme à respecter.

Pour les extensions de bâtiments collectifs, si la surface est inférieure soit à 50m², soit à 150m² et à 30% de la SRT des locaux existants, c’est la RT par élément du 3 mai 2007 qui s’applique.

Les attestations de prise en compte de la réglementation thermique 2012


  • L’objectif du dispositif est de contribuer à l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments neufs en attestant de la prise en compte de la réglementation thermique.

Cela se traduit par la réalisation de deux documents à établir à deux moments clés du processus de construction : au dépôt de la demande de permis de construire et à l’achèvement des travaux de construction d’un bâtiment.

La loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010  (loi Grenelle 1) a introduit le dispositif des attestations de prise en compte de la réglementation thermique.

Les valeurs maximales autorisées par la RT 2012 sont fixées régionalement et
vérifiées lors de la réalisation
d’une étude thermique par un bureau d’étude thermique


Techliquid désemboueur circuit de chauffage pour l’optimisation énergétique thermique du chauffage collectif et individuel