Publié le

Gaz à effet de serre la COP26

Techliquid l’utilisation efficace de l’énergie et de l’eau

Techliquid économiseur d'énergie


Un nouveau record s’annonce pour 2021.


Inondations, tempêtes, canicules et incendies se multiplient sur tous les continents. L’urgence climatique n’a jamais été aussi préoccupante sur les 6 dernières années, 5 étaient en augmentation constantes et un nouveau record s’annonce pour 2021.

En 2020, les émissions de CO2 ont baissé de 5,4% mais le monde était en confinement. Le rapport, produit par le Global Carbon Project, les prévisionnistes nous annoncent une augmentation des émissions de 4,9% cette année soit 36,4 milliards de tonnes de CO2. Avec en tête la Chine premier pollueur mondial et l’Inde (ce pays est à lui seul responsable de 7% des émissions mondiales de gaz à effet de serre), les plus gros pollueurs du monde, devraient afficher des niveaux d’émissions en augmentation en 2021 par-raport a 2019.  Les Etats-Unis (deuxième pollueur mondial) et l’Europe devraient être en légère amélioration.

Des engagements historiques pris à Paris en 2015 prévoyaient de réduire les émissions de CO2, afin de limiter le réchauffement à moins de 2 degrés, voire 1,5 degré d’ici 2100.

Les 200 pays de la COP26 qui a réuni 30 000 personnes à Glasgow, ont adopté samedi soir le pacte de Glasgow. Loin de répondre à toutes les attentes il maintient  l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C fixé par l’accord de Paris sans assumer l’aide promise aux pays pauvres et opte pour une réduction progressive des émissions.

La COP26 n’a pas réussi à constituer le tournant pour l’humanité  dans la lutte contre le dérèglement climatique. Avec deux petits accords elle ambitionne de contenir les très néfastes gaz à effet de serre.


Réduire le méthane, moins connu que le tristement célèbre CO2, le méthane (CH4) est le deuxième gaz à effet de serre lié à l’activité humaine, principalement dans l’élevage, les combustibles fossiles et les déchets. S’il subsiste moins longtemps dans l’atmosphère, son effet de réchauffement est jusqu’à 80 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone, ce gaz est responsable de 30% du réchauffement de la planète. Une centaine de pays, représentant  44% des émissions mondiales de méthane, se sont engagés à réduire drastiquement les émissions de ce gaz à effet de serre d’au moins 30% d’ici 2030, les pays de l’Union européenne et les Etats-Unis. La Chine, la Russie et l’Inde ont refusé.

Réduire le charbon plutôt que de l’éliminer avec la possibilité d’aménagements pour circonstances nationales particulières sachant qu’il est le principal responsable du réchauffement climatique.
A noter que les autorités chinoises ont annoncé cette semaine qu’elles avaient augmenté d’un million de tonnes par jour la production de charbon et … si on payait une taxe carbone ???

Cependant  les textes appellent toujours à une réduction de 45% des émissions en 2030 par rapport à 2010 et à une neutralité carbone d’ici 2050, comment ????. Alors même que la Chine et l’Arabie Saoudite ne prévoient pas d’atteindre cet objectif au plus tôt en 2060 et l’Inde pour 2070.

Les pays devront revenir dès l’année prochaine avec des plans plus ambitieux pour s’aligner sur les objectifs de l’Accord de Paris. Sachant que les efforts pour limiter de  1,5 degré à 2 degrés maximum le réchauffement climatique d’ici 2100 ne suffiront pas.


Les transports


Les transports étant l’un des principaux secteurs d’émission de gaz à effet de serre, une trentaine de pays et une dizaine de constructeurs automobiles se sont engagés pour 2040 à ce que toutes les voitures neuves vendues soient à zéro émission. Le Royaume-Uni, l’Irlande, la Suède et Israël pour 2030, et la Norvège pour 2025.

En revanche la Chine, les Etats-Unis, le Japon, la France et l’Allemagne n’ont pas signé.

Pour les constructeurs, Renault, Nissan, Mitsubishi, Toyota, Volkswagen ne sont pas signataires de la déclaration contrairement à Ford, Mercedes-Benz, General Motors et Volvo.


Densification du territoire


Dans la construction, le couple béton- goudron en période estivale, les températures peuvent parfois atteindre des sommets, créant des îlots de chaleur en raison du manque de végétation et d’une forte bétonnisation.

Certains constructeurs envisagent des solutions pour limiter ces effets du changement climatique. Ils mettent en place des aménagements afin de maintenir la température à un niveau acceptable. Le remplacement du béton par des revêtements  adaptés, la remise à ciel ouvert des cours d’eau et font des études pour optimiser la circulation de l’air entre les bâtiments sans oublier la base: l’augmentation de la végétation afin d’assurer une bonne qualité de vie à leur population pour l’avenir.

Les centres urbains font ainsi face à un défi complexe: trouver l’équilibre entre densification du territoire et maintien des espaces verts afin d’assurer une bonne qualité de vie à leur population pour l’avenir.

Les sept années de 2015 à 2021 seront les plus chaudes jamais enregistrées.


Espoir


En Islande des techniques sont aujourd’hui en développement pour tenter de capturer du CO2 déjà présent dans l’air. Une usine unique au monde, exploitée par la start-up Suisse, aspire l’air ambiant pour en récupérer le CO2 et le transformer en pierre, en l’injectant dans la roche basaltique souterraine.


L’Egypte a été officiellement sélectionnée pour accueillir l’an prochain la COP27,  la conférence sur le climat aurait lieu à Charm el Cheikh…


Contactez Techliquid par mail pour demande, commande et suivi des affaires en cours.

Du lundi au vendredi
+33 (0)5 55 20 82 44


Désemboueur permanent chauffage d’habitat collectif et grand collectif 
et désemboueur permanent chauffage programmes d’habitats individuels

Le choix de l’efficacité c’est aussi  *  Techliquid.eu  solution professionnelle anti calcaire prémium

 

Techliquid l’utilisation efficace de l’énergie et de l’eau